Autre projet en lien > Identité visuelle du Musée Saint-Raymond (2021)

Le MSR, comme on l’appelle, met tout en œuvre afin de rendre accessible l’Histoire de Toulouse et sa région à travers ses collections archéologiques exceptionnelles. Le musée y parvient au travers d’une médiation pertinente et forte, par son ton parfois décalé.

En revanche, le mobilier installé suite à la rénovation du musée (en 1999) ne répondait plus aux exigences des normes liées à l’accessibilité et au handicap. Il constituait un frein à la dynamique du musée.

>Infos officielles ici<

La banque d’accueil

Photo : Guillaume Lamarque, janvier 2022.

Pour les visiteurs comme les agents d’accueil, les premiers espaces d’entrée sont désormais adaptés et accessibles quel que soit le handicap. Un travail poussé sur l’ergonomie, le respect des normes dans les dimensions, les volumes et les espaces fut mené.

L’intérieur de la banque d’accueil est également accessible aux personnes à mobilité réduite. Les espaces et les volumes sont dessinés à partir du point le plus important du projet : l’agent et le visiteur. Cet échange se matérialise par l’espace confortable dont ces deux personnes ont besoin dans ces situations.

Les dimensions minimales ergonomiques sont respectées.
Animation 3D extraite du projet. Guillaume Lamarque 2022

Ensuite, le mobilier s’adapte à leurs besoins. Du côté visiteur, une large et profonde tablette permet à la personne en fauteuil roulant d’être à l’aise dans les échanges et ce temps passé « en caisse ».

Du côté agent, la personne se trouvant derrière la banque d’accueil dispose désormais des éléments et des outils tout autour du siège, presque comme dans un cockpit.


La boutique

Photo : Guillaume Lamarque, janvier 2022.
Composition Libre, illustration 2D des étagères conçues pour la boutique du Musée Saint-Raymond, Guillaume Lamarque, 2019-2021.

Le mobilier conçu répond à un réel besoin d’évolution de présentation. Les étagères sont amovibles, de sorte à ce qu’elles puissent être placées à n’importe quel endroit de la partie supérieure de la surface de vente, dans la limite d’une trame permettant cette modularité.

Inspiré de la pratique de l’artiste François Morellet (entre autres) : contrôler le processus de création en mettant au point une formule appliquée à une grille, et ainsi inclure un semblant de hasard.

Photo : Guillaume Lamarque, janvier 2022.

La signalétique

Photo : Guillaume Lamarque, janvier 2022.

Directement issue du travail sur l’Identité visuelle du Musée Saint-Raymond (2021), la signalétique entend participer à la première information basique que le visiteur doit trouver dans les premiers espaces de la visite.

La singularité du MSR, mêlant les références de l’Antiquité et de la culture populaire, s’incarne aussi par la signalétique. L’humour est subtilement présent dans le lot des pictogrammes de ce que l’on peut faire ou non au musée d’archéologie de Toulouse.

Photo : Guillaume Lamarque, janvier 2022.

Au détour d’un mur, les directions sont indiquées dans un langage visuel permettant d’imager les services et les espaces s’offrant au visiteur.

Le Designer et le musée ont travaillé conjointement dans le but de casser certains codes visuels genrés, tels que la signalétique des sanitaires : au revoir les pictogrammes « homme – femme », et bienvenue au pictogramme « rouleau de papier toilette ».

Tous les codes visuels liés aux espaces et services sont singuliers au Musée Saint-Raymond : les casiers gratuits en libre service permettent de ranger son manteau, son parapluie ou sa cape de super-héros.

L’éclairage

Le Designer propose un éclairage chaleureux et dynamique à la fois, afin de participer au confort de consultation d’informations, au confort de travail des agents et de mise en valeur de la boutique tout en permettant la sécurité de déplacement au sol.

L’éclairage principal renforce la dynamique des espaces au sol. Les volumes supérieurs et inférieurs se répondent. Photo : Guillaume Lamarque, janvier 2022.

Auparavant équipé d’une dizaine de spots, les espaces accueillent désormais la LED qui diffuse la lumière, afin de rompre l’irrégularité omniprésente dans l’éclairage précédent. Les nouveaux luminaires, installés plus hauts, répondent aux principaux flux de circulations des visiteurs et rappellent les volumes en angles rompus de l’ensemble du mobilier de ces espaces.

Ces formes prennent place dans le volume supérieur et participent de fait, à l’uniformité du projet. Les luminaires ne monopolisent pas le regard du public en visite, qui doit se concentrer sur les informations et sur le début de la découverte du musée.

Le mobilier de la boutique intègre ces traits lumineux, afin de renforcer la visibilité au contact des articles. Les parties basses, normalement sujettes aux pénombres, sont elles aussi éclairées, et participent ainsi à la stabilité visuelle de l’ensemble des volumes.

Afin de participer à la dynamique de l’animation du Musée Saint-Raymond, le Designer propose un éclairage indirect coloré et réglable. Il vient soutenir visuellement les volumes supérieurs des espaces pour renforcer l’aspect chaleureux, un nécessaire pour accueillir du public venant passer un agréable moment.

De la sorte, le MSR peut momentanément illuminer les volumes hauts, d’une couleur spécifique lors de la Nuit des Musées par exemple.

L‘accompagnement

Le musée et le Designer ont bénéficiés d’un accompagnement de qualité, de la part des services internes de la Direction des Musées et des Monuments de la Mairie de Toulouse, avec notamment Laure Morand, chargée de projets analyse et développement des publics, Virginie Bonvalot, Responsable de la cellule Ergonomie et Maxime Arcal, chargé des actions accessibilité et du confort d’usage. La fabrication et l’installation du mobilier fut supervisée par le responsable de l’atelier du Domaine Technique, Patric Biancolin et ses agents à l’écoute et à la réponse de chaque propositions techniques du Designer.